Un Thé aux Oudaya, le nouveau livre de Marie José Chavenon

L’auteure savinienne Marie José Chavenon sort son troisième livre « Un Thé aux Oudaya »après deux biographies de femme de maréchaux de France Inès Lyautey et Aimée Davout. Elle écrit cette fois-ci une fiction basée sur son vécu au Maroc dans les années 70 et en partie sur son premier livre Ines Lyautey : L’infirmière, la maréchale.

Couverture MJC Thé au Ollias

La fiction démarre en 1887. Avec un couple de Parisiens, Henriette et Victor, s’installe à Oran pour y ouvrir une pharmacie. Deux filles vont naître : Émilie et Constance. Émilie fait ses études d’infirmière à Paris, puis revient travailler à Oran. Elle épouse un médecin militaire, Yvan, en 1906. Deux enfants naissent, Diane et Philippe. C’est le point de départ d’une saga familiale dont la descendance va vivre d’abord en Algérie, puis plus tard au Maroc. L’auteure situe l’intrigue dans un Maghreb colonial où la douceur de vivre n’occulte pas la montée des nationalismes, avec les problèmes soulevés par l’accession à l’Indépendance et une partie post coloniale. Dans les années 30, Diane entre dans les ordres, un couvent de Bénédictines à Paris. 1960 : tremblement de terre d’Agadir. Paul et sa fiancée s’en sortent, mais la maman de sa fiancée meurt sous les décombres. 1971 : attentat de Skhirat, tentative de coup d’État qui échoue 1972 : attentat de Rabat-Salé, nouvel échec des militaires. La famille, apeurée par la déstabilisation du pays, rentre en France. 1999 : ils suivent à la télévision les obsèques du roi du Maroc, Hassan II.

MJ-Chavenon (DR)

MJ-Chavenon (DR)

Dans ce roman historique, bercé par le vent brûlant venu du Sahara, les destins s’entrecroisent au cœur d’Oran, de la Casbah d’Alger, et de Rabat où le Jardin des Oudayas rayonne au sommet de la ville blanche et ocre…