Rythmes scolaires : café-débat à Wissous

Les associations de parents d’élèves GPEVB et UPEIW de la ville ont organisé débat sur l’application des Rythmes scolaires  par la municipalité de Wissous pour la rentrée prochaine en présence d’une soixantaine de parents d’élèves avec comme intervenant M. Schoettl, le maire de Janvry (1er maire de France à s’opposer au décret).

Le maire de Janvry entouré des responsables des associations de parents d'élèves (l'Essonnien-Rémi POIRIER)

Le maire de Janvry entouré des responsables des associations de parents d’élèves (l’Essonnien-Rémi POIRIER)

Dans un premier temps, il a été rappelé l’objectif et la forme de la démarche les responsables des associations. Qu’elle est apolitique, mais pour le bien des enfants. Ainsi que l’historique des échanges avec la mairie. Et le courrier envoyé au maire et sa réponse à ce dernier.

Puis le maire de Janvry a parlé de son action en refus d’appliquer les nouveaux rythmes scolaires dans sa commune en étant le premier maire de France a avoir pris une délibération contre le décret du ministre de l’Éducation nationale après avoir fait une analyse du décret par un cabinet d’avocat dans la capital. Ce qui lui a permis de prendre cette décision, car ils ont relevé que plusieurs points étaient anticonstitutionnels. Il a évoqué que déjà par le passé, il s’était opposé a deux décrets celui du service minimum et celui de la vaccination générale de la Grippe.

Aujourd’hui, la décision d’abroger le décret est dans les mains du premier ministre qu’il a saisies le 20 décembre dernier et doit statuer au plus tard le 20 février prochain, sinon attaquera  la-non-prise de décision de ce dernier.

60 personnes ont assisté au café-débat (l'Essonnien-Rémi POIRIER).

60 personnes ont assistés au café-débat (l’Essonnien-Rémi POIRIER).

Puis il y a eu un échange avec la salle dont en premier lieu un compte rendu des comités de pilotage de la future application de la réforme par la municipalité en  place

1er CP* : évaluation du coût de la réforme à 1,200 000€ avec l’embauche à temps complet de 40 animateurs sans compter le coût des activités proposées aux enfants

2e CP* : seconde évaluation à 95 000€ pour 4 mois avec des animateurs en temps partiels.

3e CP* : dernière évaluation à 33 000€ avec l’embauche à temps partiel

*comité de pilotage.

La question de l’encadrement et ses problèmes de recrutement ont été abordés comme aussi la qualification des animateurs dont tous ne seraient pas obligés d’être diplômés. Le décret prévoir seulement que 50 % du personnel d’encadrement soit titulaire du BAFA. Ainsi que la qualité des TAP, au même titre que la gratuité de ceci.

Mais aussi des actions possibles pour faire changer la municipalité d’avis, dès hier soir une pétition a été lancée pour mobiliser les parents contre la réforme avec d’autres pistes d’actions.

La participation à la manifestation de samedi à Évry vers 14h a été encouragée.