Rémi POIRIER : Je vais anéantir la préfecture

Le 14 octobre 2019, Rémi POIRIER, fondateur des médias « l’Essonnien » et « 91 Sports » révélait les pratiques non professionnelles de la chargée de communication du Préfet de  l’Essonne.

Préfecture : la chargée de com visée par plusieurs plaintes

Depuis près d’un an, le conflit entre Rémi POIRIER et la préfecture de l’Essonne a évolué.

Après avoir subi une garde à vue, après la plainte pour diffamation de Nathalie Rousselet, chargée de communication du préfet contre l’article ce dessus.

Celle-ci après le classement sans suite de la plainte a relancé la machine judiciaire avec une citation directe via une plainte après du doyen des juges d’instruction du TGI d’Évry.

Préfecture : Rémi POIRIER convoqué au TGI pour diffamation

Après l’audition le 20 février 2020 soit plus de trois moins après le dépôt de la plainte de Rémi POIRIER. La plainte a été classée sans suite pour n’avoir pas donné de documents supplémentaires, par suite du conseil d’un ami.

Quelques jours, après avoir reçu le courrier du bureau du procureur pour lui annoncer le classement sans suite de sa plainte.

Rémi POIRIER a commencé à recevoir des appels avec des numéros bizarres. Ces derniers se sont amplifiés, à partir du 24 août, soit à quinze jours de l’audience du 4 septembre.

Le 24 août, Rémi POIRIER via un ami fait une offre de paix sous condition. Le lendemain, le nombre d’appels reçu explose : 9 en 3h30.

Préfecture : Rémi POIRIER fait de nouvelles révélations

Depuis que ce dernier publie les appels de la préfecture. Le nombre d’appels reçu a chuté.

Plusieurs trublions sur les réseaux sociaux ont essayé de le déstabiliser. Ce qui l’a fait bien rire.

Rémi POIRIER s’exprime :

Je vais anéantir la préfecture