Projet pont entre Athis et Vigneux : la commission du grand débat rend son rapport

Isabelle Jarry, la garente du grand débat a rendu son rapport au sujet du projet de franchissement de la Seine entre Athis Mons et Vigneux sur Seine. En page 24 de son rapport des différents échanges qui ont eu lieu autour de ce projet. Dont le coût est estimé entre 90 et 120 millions.

. FAVORABLES SOUS CONDITIONS

Un pont, mais multimodal.Si les contributeurs et participants à la concertation qui réclament la construction d’un nouveau pont sont nombreux, une part non négligeable d’entre eux privilégient un ouvrage qui permettrait le passage de tousles modes, y compris les transports en commun (bus, bus en voie dédiée, etc.), dont beaucoup s’accordent à dire qu’ils doivent être développés.

Certains suggèrent également de prévoir une piste cyclable indépendante sur le pont, et d’aménager des pistes cyclables jusqu’au pont, pour sécuriser l’accès des cyclistes.Des transports en commun également.En matière de transports en commun, certains considèrent que seul le prolongement de la ligne 18 jusqu’à Villeneuve-­‐Saint-­‐Georges pourrait régler efficacement une partie des problèmes;«mais ça risque d’être long», s’inquiète un contributeur.

La ville de Brunoy, si elle appelle de ses vœux un nouveau franchissement de Seine pour ses habitants qui se rendent sur le pôle d’Orly-­‐Rungis, se dit favorable à des liaisons par TC : tramway, métro, voire téléphérique (est cité l’exemple de l’étude entre Valenton et Créteil) qui lui semblent propres à désenclaver plus efficacement le territoire, sans les nuisances de la route (CA18).

La Ville de Montgeron, favorable au pont, demande «de développer une offre de transport collectif en site propre entre les deux rives» (C22). La nécessité d’inscrire la réflexion menée dans le cadre des dispositifs prévus par la Loi LOMapparaît également dans plusieurs contributions (CA22, etc.).De façon générale, en particulier dans les contributions, rares sont les soutiens du projet qui ne mentionnent pas la nécessité de favoriser dans le même temps le développement des transports en commun.Respecter aussi l’environnement.

La Ville de Vigneux-­‐sur-­‐Seine se dit favorable à un franchissement, mais affirme son attachement à une qualité de vie(bruit, pollution, nuisances visuelles) pour ses habitants qui seraient riverains de l’ouvrage; Vigneux-­‐sur-­‐Seine rappelle que le pont devra correspondre au projet d’aménagement durable de la ville (PADD) qui a fait de la santé un de ses axes forts. La Ville demande également que le projet respecte l’environnement particulier des berges de Seine (CA35).Une intégration harmonieuse dans le paysageest souhaitée par les communes de la rive droite.

La CCI demande également une exigence forte d’intégration paysagère, dans un contexte très contraint. Dans de nombreuses contributions de personnes favorables au projet, cette préoccupation apparaît; en effet beaucoup ont conscience des forts impacts urbanistiques d’un tel projet, lesquels, selon eux,doivent être conciliés avec des enjeux environnementaux de plus en plus présents. Certains ont fait valoir qu’un pont, même de cette ampleur, pouvait être très beau et s’intégrer esthétiquement dans son cadre. «Il faudra lancer un concours d’architecture» ont suggéré des contributeurs. L’auteur du CA38 propose plusieurs aménagements visuels et d’usage tenant compte des évolutions des transports dans la décennie

https://franchissementdeseine91.fr/escont/uploads/2019/08/BILAN-GARANTE-CNDP-IJ-050819-.pdf?fbclid=IwAR1RxauR0eYDh8AN6RpA25AA_Mvf2zUuFF4dgORrOoJguUHlvpK6OP7_jQs