L’insécurité en Essonne

Il y a une semaine les chiffres de la délinquance ont été rendus publics par le nouveau préfet de l’Essonne Bernard Schmeltz, ils sont issus de l’observatoire national de la délinquance.

Voiture Brulée à Grigny cité de la Grande Borne. DR

Voiture Brulée à Grigny cité de la Grande Borne. DR

Plus de 70 000 faits de délinquance ont été commis sur le département. Tous les indicateurs ont progressé, certes moins vite qu’en 2011 et en 2012. Mais on ne peut se réjouir du ralentissement de l’augmentation.

Les cambriolages ont de 2,5 % contre des augmentations de 12% en 2012 (plus 8% en zone police et 24 en Zone Gendarmerie) et de 15% en 2011. Le nombre de cambriolages s’établit à 8174 en 2013 contre 8014.

Par contre, on note une explosion des braquages en Zone Police avec 165 faits pour cette année contre 115 en 2012. D’une manière globale, il y a eu 194 braquages cela fait 1 braquage tout les deux jours sur le département contre 158 en 2012 et 144 en 2011.

Les agressions contre les personnes sont aussi en augmentation pour les vols avec violence soit 3142 faits en 2013 contre 3119 en 2012. Contre plus de 16% en 2012. Pour les agressions violentes, elles s’accroissent aussi à 11 450 faits contre 11 214.

Ces chiffres ne sont pas encourageants. Par ailleurs la grogne monte parmi les policiers sur les moyens d’action sur celle-ci et qui ont manifesté la semaine dernière devant la préfecture et l’Hotel de Police. Quelque temps auparavant un responsable syndical nous confiait que la police n’entrait pas dans les cités sensibles, car leur propre sécurité n’est pas assurée. Les ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire) de Grigny et de Corbeil n’ont reçu aucun effectif supplémentaire. Pour preuve le commissariat de Grigny n’est ouvert qu’en jour ouvré et aux horaires de bureau soit 8H-12H et 14H-18H et le reste du temps la population doit se tourner vers le commissariat de Juvisy-sur-Orge.