Les assises du mal-logement : Les solutions – part 3

L’après midi de la journée du mal logement était destiné à apporter des réponses au mal logement.

Des solutions qui interroge dans la difficulté à voir concrètement comment ces mesures pourrait être mise en place, pour certaines d’entre elle.

Intervenant aux assises du mal logement présent dans l'après midi

Intervenant aux assises du mal logement présent dans l’après midi

Parmi ces solutions : M. Frédéric Petitta, Vice-Président du Conseil général de l’Essonne, chargé du logement et de l’habitat propose un meilleur accompagnement des acteurs institutionnels, que ce soit les collectivités ou associatif.

M. Etienne Primat, co-fondateur de Solidarités Nouvelles pour le Logement

Solidarités Nouvelles pour le Logement est un système assez innovant permettant à des propriétaires de mettre en location leur logement au profit des personnes les plus démunis. Une association se charge alors de faire l’intermédiaire entre la personne accompagné et le propriétaire, d’assurer un accompagnement social pour la personne démuni, ainsi que la restauration du logement si il y a une éventuelle dégradation.

Il a également dénoncé les financement des place d’hôtel ou de la prise en charge des enfants placés qui coûtent plus cher que la prise en charge dans un logement. L’occasion de tacler les marchands de sommeil qui réalise un commerce de la pauvreté.

Il a également noté les difficulté à pouvoir payer des charges alors que des personnes sont propriétaire.

Il regrette également le fait que les bailleurs font ce qu’ils peuvent pour s’investir dans le logement social mais note « qu’il ne font pas de fraternité ». Il critique également le fait que certains bailleurs sociaux ne ré-investisse pas suffisamment dans la construction de logement social.

M. Jean-Philippe Dugoin-Clément, maire de Mennecy, fustigera quand à lui la lacheté et la démagogie des personnes refusant la construction de logement social.

M. Olivier Launay, Directeur d’Habitat et Humanisme, proposera d’aller plus loin en proposant notamment de construire des super PLAI, à 3€/m², tout comme le maire de Mennecy. M. Primat estimera que le coût maximal du loyer et des charges ne devait pas dépasser le plafond remboursable par le FSL.

Il abondera dans le sens où il faut favoriser la mixité social, comme la fait auparavant M. Dugoin-Clément, mais en insistant davantage sur le logement inter-générationnel.

M. Launay précisera qu’un nouvel appareil permettait de savoir combien la personne devrait payer pour sa consommation d’électricité en temps réel.

M. Petitta ayant parlé auparavant de prendre en charge les paiements de factures EDF soit fait via le FSL.

IMAG0495

A la fin de cette journée, Mme Christelle Juin, animatrice au Secours Catholique de l’Essonne réalisera la présentation du livret du mal-logement qui se tient en 7 points:

– Ecrire au maire ou aux candidats aux élections municipales.

– Agir pour améliorer le cadre de vie

– Favoriser l’accès au DALO

– Accompagner les personnes dans un logement transitoire

– Eveiller à la solidarité

– Initier un groupe de paroles et d’actions

– Mettre à disposition un logement privé pour des personnes en difficulté.

Des grands axes déjà réalisée aujourd’hui, et qui ne montre pas forcément en quoi ces propositions pourraient apporter une solution au mal-logement.

M. Eric Constantin, directeur de la Mission Île de France de la Fondation Abbé Pierre, conclura cette journée en parlant de stigmatisation envers les demandeurs de logement, de son avis favorable à l’encadrement des loyers, et du fait qu’il demande à refuser des expulsions DALO.

Pas sûr que ces mesures aillent dans le sens de rassurer les propriétaires…

, , , , , , , , , , , , ,