Le maire de Fleury Mérogis condamné pour conduite en état d’ivresse

Ce matin, David Derrouët (ex-PS) , le maire de Fleury Mérogis et vice-président de l’agglomération du Val d’Orge en charge des transports et des liaisons douces comparaissait devant le TGI d’Évry pour les faits suivants : conduite de véhicule sous l’emprise d’un état alcoolique avec une concentration d’alcool par litre d’au moins 0,8 gramme et/ou 0,40 milligramme d’air expirer le 18 juin 2014 à 3H15 à Fleury Mérogis.

David Derrouet au 1er conseil municipal de Fleury Mérogis (l'Essonnien-Rémi POIRIER).

David Derrouet au 1er conseil municipal de Fleury Mérogis (l’Essonnien-Rémi POIRIER).

M. Derrouet s’est présenté devant le tribunal en costume sombre, chemise blanche et cravate grise. La présidente du tribunal a lu, les faits de procès verbaux des témoins et des gendarmes qui sont intervenus dans ces derniers, et les propos tenus par M.Derrouët.

Dans une voix faible et quasiment inaudible, dans sa conversation avec la présidente du tribunal, il reconnait les faits : « je reconnais, ce soir-là, j’ai dérapé ». Par ailleurs la juge la relate des faits similaires en 2008, mais non inscrits au casier judiciaire. Le magistrat du parquet n’a posé aucune question. Dans ses réquisitoires, il a rappelé la politique du département en matière de la lutte contre l’alcool au volant. Le taux d’alcoolémie retenu a été de 0,96 milligramme par litre d’air expiré, ce qui correspond à un taux 1, 92 grammes par litre de sang soit près de deux grammes comme nous avons publié dans nos articles précédents.

Le parquet a requis 800€ d’amende et 6 mois de suspension de permis

Son avocate pour sa défense et pour amoindrir la peine encourue a mis en avant ses fonctions de maire et la reconnaissance des faits reprochés ainsi que d’attaquer la presse, qu’elle accuse  « de trainer son client dans la boue » selon elle. Et elle demande que le délit ne soit pas inscrit au B2 de son casier judiciaire, ce que le parquet a refusé.

La présidente l’a reconnue coupable des faits reprochés en suivant une partie des réquisitions du parquet avec 800€ d’amende et une suspension de permis renvoyé à une audience au 25 novembre prochain. Il est sur le coup d’une suspension administrative jusqu’au 18 décembre 2014.

De plus, un groupe d’habitants de la ville a fait le déplacement pour suivre l’audience du maire de la ville. Et voici la réaction de l’une des habitantes à la sortie du tribunal :

Bruno Hyson, le conseiller municipal d’opposition de la liste Vivre Uni à Fleury réagit à la condamnation du maire de ce matin : « Voici que l’heure de vérité a enfin sonné malgré la modification de la date du procès, peur de la présence des habitants ? Quoi qu’il en soit, notre Maire a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés ! Dans le contexte actuel où la conduite en état d’ivresse est pointée du doigt et, malheureusement, les victimes de plus en plus nombreuses, ce jugement est finalement plutôt clément. Surtout, si comme l’a indiqué la juge, des faits similaires se sont effectivement déroulés en 2008, nous sommes plus dans la récidive que dans un fait isolé ! Que dire de la défense de l’avocate implorant la fonction de maire pour atténuer les faits, ou encore la demande de non inscription de ces faits au casier judiciaire ? Tout simplement déplorable et ridicule ! Devant ce type d’acte, je maintiens qu’aucune excuse n’est recevable. Voici donc une personne si prompt à donner des leçons à tour de bras qui salit la fonction de maire et de premier magistrat de la ville par ce type de comportement ! Monsieur Derrouet, un peu d’humilité et commencez par vous appliquer à vous-même tous ces précieux conseils que vous savez si bien distiller. Notre ville a vraiment besoin d’un autre éclat et d’un véritable rayonnement, nous ferons en sorte que cela arrive ».