Le CNI progresse en Essonne avec la création d’une structure Jeune

Nommé par Bruno North, Secrétaire général du CNIP, le conseiller municipal de Juvisy-sur-Orge, Jérôme CABRIAND devient le premier responsable du Mouvement des Jeunes Indépendants de la Fédération de l’Essonne du CNIP. La structure jeune du CNIP participera au renouvellement de la droite française par le biais d’élus libres, indépendants et lucides quant aux enjeux économiques, sociaux et territoriaux de l’Essonne, géré par une Gauche socialiste dogmatique. Etudiant en Science économique à l’Université Paris VII, passionné de philosophie, Jérôme CARBRIAND affirme « raisonner en termes de principes pour défendre localement les forces vives de nos territoires, les PME, les artisans-commerçants et agriculteurs, et pour se battre pour la sauvegarde de l’indépendance et l’identité française ».

 

CNIP-logo

CNIP-logo

Jérôme CARBRIAND s’inscrit ainsi dans la droite ligne de l’histoire du plus ancien parti de la Droite républicaine, rassemblement traditionnel des élus et militants Indépendants Divers-Droite depuis 1949. Il est chargé de le développer en priorité auprès de jeunes de moins de 30 ans et des jeunes actifs. Membre d’un Parti Libéral et Conservateur, Jérôme CARBRIAND se définit comme « un élu engagé et croyant ». Il défendra en Essonne autour des valeurs de Liberté, d’Autorité et de la Nation, une volonté de réformes profondes pour la France et un attachement aux traditions, notamment pour la défense de la Famille, y compris au sein de la Droite en Essonne.

 

Enfin, concernant la réforme territoriale, le jeune élu du CNIP se déclare « attaché à la défense de l’expression communale à l’heure des Intercommunalités réaffirmées et puissantes ». Les communes demeurent le lien indestructible de la proximité dans la République. Les Agglomérations doivent contribuer à une stricte mutualisation des services au nom des économies d’échelle mais l’échelon décisionnel doit rester au près du citoyen, c’est-à-dire communal. Pour la même raison, le responsable Jeune s’oppose « catégoriquement à la disparition du Département imposée par Hollande et Valls». Il lui apparait « totalement inconcevable qu’au regard de la diversité de notre département, entre un nord urbanisé attractif et une ruralité renouvelée au Sud, l’échelon cantonal, même aux frontières tripatouillées dans le cadre du redécoupage orchestré par Manuel Valls, ex-ministre de l’Intérieur, disparaisse sous les coups de butoir d’un fédéralisme européiste qui ne dit pas son nom dans notre pays.