La science à l’honneur lors du 7e colloque Évry bio

Les étudiants en troisième année de licence « Sciences de la Vie » de l’Université d’Évry ont organisé la septième édition du colloque Évry bio, ce jeudi 3 mai 2018, à l’Institut de biologie génétique et bio-informatique d’Évry.

Ils sont plus de 300 à avoir fait le déplacement. Parmi eux se trouvent une bonne centaine de lycéens, ainsi que de nombreux autres invités : chercheurs du Génopole et entrepreneurs en biotechnologie, étudiants des années inférieures et supérieures et grand public, tous intéressés par la vulgarisation des dernières découvertes et innovations biotechnologiques.

Depuis 2013, ils se réunissent chaque année autour de conférences scientifiques, accessibles sans prérequis, et de sessions posters, portant sur les thèmes des nouvelles avancées scientifiques et biotechnologiques explorées sur le territoire d’Evry.

Pour cette édition, les exposés interrogeaient sur le rôle de la caféine comme viagra naturel, ou sur l’existence d’une bactérie tueuse dans notre alimentation, ou encore sur “la phagothérapie, des virus pour se soigner”. Des résumés de toutes ces conférences étaient affichées sous la forme de posters, dans une salle dédiée.

Le matin, des ateliers de manipulation scientifique étaient plus spécialement proposés, tandis que l’après-midi mettait en lien participants et professionnels (chercheurs et des responsables scientifiques des différents établissements) pour répondre aux questions ou échanger lors d’un speed meeting.

À cette occasion, la rédaction de l’Essonnien a rencontré quatre étudiants qui nous ont présenté chacun leurs filières :

Alexandre (double licence Biologie – Informatique), Marine (Biologie Physique Chimie) et Yassine (option Biologie – Informatique)

Marine (Génomique physiologie santé)


Marine est en parcours Génomique physiologie santé (GPS). Elle étudie la génétique, et plus particulièrement le génome, ainsi que la physiologie animale et végétale. Sa formation est faite pour ceux qui veulent travailler dans les secteurs de la biologie et de la santé.

Pour ce colloque, elle aura cherché des sponsors, et des professionnels pour participer au speed meeting, dans une démarche professionnalisante.

Elle souhaite poursuivre ses études par un master de biologie santé, voire le nouveau master franco-chinois de biologie santé. Puis passer un doctorat, dont le thème de thèse serait la robotique intégrée. Sinon aller en école d’ingénieur. Elle voudrait ensuite intégrer la police scientifique, ou participer à trouver des alternatives aux recherches scientifiques impliquant des tests sur les animaux.


Marine est en parcours Biologie Physique Chimie (BPC). Elle étudie notamment la chimie organique et la chimie des polymères. Sa formation est idéale pour tous ceux qui souhaitent travailler dans la cosmétologie, ou la biologie du médicament.

Participer à ce colloque lui aura permis de s’entraîner à l’oral, de travailler en équipe sur de nouveaux domaines, et de mieux s’organiser.

Elle voudrait devenir coordinatrice d’études.


Yassine suit le parcours Biologie – Informatique. Sa filière forme à utiliser les outils informatiques, comme les bases de données ou le codage, dans le domaine de la biologie, pour préparer des informaticiens capables de gérer ces données de plus en plus nombreuses.

Il souhaite continuer ses études par un master biologie de synthèse, puis devenir bio-informaticien et travailler dans l’industrie en lien avec la biologie de synthèse.

Co-organisateur du colloque, il a été chargé des relations publiques et de la préparation du banquet. Il apprécie de vulgariser les découvertes pour les rendre accessibles à tous.


Matthieu est en double licence biologie – informatique pour obtenir un double-diplôme. Il étudie autant la biologie que l’informatique. Il apprend à traiter des données et à les modéliser en bases.

Pour le colloque, il animait des ateliers de manipulations, et cherchait à intéresser les jeunes à la biologie, au-delà des programmes du lycée. Cela lui a permis de développer ses capacités à travailler en groupe.

Il prépare actuellement un stage et souhaite devenir enseignant-chercheur.


Article rédigé par Xavier Longwy


,