Conflit du Siom : le préfet appel au dialogue

Dans le cadre du renouvellement du marché de collecte de déchets ménagers, le syndicat
SIOM qui regroupe 17 communes (Villiers-le-Bâcle, Saclay, Saint-Aubin, Gif-sur-Yvette,
Gometz-le-Chatel, Bures-sur-Yvette, Vauhallan, Igny, Orsay, Les Ulis, Villebon-sur-Yvette,
Villejust, Champlan, Palaiseau et Longjumeau en Essonne, Saint-Rémy-lès-Chevreuse et
Chevreuse dans les Yvelines) a fait le choix d’un nouvel opérateur, la société SEPUR.

Le 1er novembre, une partie des salariés du site de collecte d’ordures ménagères de
Villejust ont entamé un mouvement de grève illimité concernant les conditions de reprise
du personnel par le nouvel employeur.

Dans le cadre de ce conflit, des incidents sérieux ont eu lieu, visant physiquement des
chauffeurs mobilisés par l’entreprise SEPUR pour assurer la continuité du service sur le
territoire du SIOM.

Le préfet de l’Essonne rappelle qu’aucun conflit social ne peut justifier une action
d’intimidation de nature à mettre en cause l’intégrité physique des personnes ou à
dégrader des biens. Les policiers et gendarmes du département exerceront leur
vigilance pour prévenir tout nouvel incident et assurer la sécurité publique.

Le préfet de l’Essonne appelle l’ensemble des parties au conflit à renouer le dialogue dans le
cadre du droit, des droits et obligations des parties, et dans un esprit de responsabilité et
d’apaisement. À cette fin, les services de l’État sont, depuis le début du conflit, en contact avec
l’ensemble des parties prenantes pour favoriser un cadre de négociation apaisé et constructif.