Bretigny sur Orge : « le mensonge s’effondre : deuxième partie »

Cette fois ci, c’est le procureur de la République qui vient confirmer les faits graves de vols sur les passagers du train Paris – Limoges.

Evry-20130725-01228(1)

Tibunal de Grande instance d’Évry (l’Essonnien-DR).

 

Ainsi, au moins deux vols ont été réalisés le 12 juillet dernier : un portefeuille, un chéquier, du matériel électronique ont bien été volé.

Mais ce n’est pas tout.

Un des voleurs en a profité de la panique générale pour voler des bagages entiers, en quittant tranquillement la gare. Les bandes vidéos de la gare de Brétigny sur Orge montrent ainsi « qu’une ou deux personnes » sont sorties « avec des valises » alors qu’elles y sont rentrés sans. Tous ces faits ont été confirmés par la vidéo-surveillance.

Ces objets ont été retrouvés sur Paris, à Châtelet.

Quatre plaintes de passagers ont au moins été déposées. Il est fait état de plusieurs suspects concernés par ces vols.

Aujourd’hui le débat n’est pas de savoir s’il faut utiliser le terme pillage ou un autre terme. Il est surtout de montrer la manipulation qui a eu lieu pour dissimuler. Ces vols ont été prouvés.

Mais rappelons nous les tentatives de décrédiliser, de faire taire, ceux, qui ont dénoncés les pillages.

Eric Ciotti (Député des Alpes Maritimes) avait immédiatement dit « Comme l’avaient dit dès les premières heures des policiers qui étaient sur place, il y a eu des événements d’une gravité insoutenable. Des vols ont été commis mais aussi manifestement des caillassages contre les forces de l’ordre et contre les secouristes et cette note fait état de vols sur les victimes ».

L’humanité accusera la droite alors « (qu’)à chaque fois la même stigmatisation (soit faite) des quartiers populaires. »

Le média Essonne Info dont l’information a été reprise de nombreuses fois nous alerteras « les pires dérives sont alors possibles…(et) peut devenir l’outil d’une instrumentalisation plus politique que pernicieuse ».

Le 23/07, lors de questions à l’Assemblée Nationale, Manuel Valls (Ministre de l’Intérieur), persistait « il n’y a pas eu de scènes de pillage, ni de caillassage d’envergure, ni de détroussage des victimes, comme cela a pu être dit le soir de la catastrophe… » avant de préciser « (qu’)il y a sans doute eu des vols »

« La population de Brétigny et les jeunes aussi (ont été remarquable), et c’est ça qu’il faut dire. Alors monsieur le député, je vous laisse salir et nous, nous célébrons les vrais héros de la République, ceux qui étaient présents là-bas »

Notez ici que Manuel Valls cible les jeunes. Or les personnes recherchées ont entre 18 et 23 ans. Comment peut on défendre des personnes dont on nie l’existence même ?

Dans tous les cas, la récupération politique semble être la première préoccupation, avant la diffusion des faits.


 

, , , , , ,